Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Nos combats > Santé

Covid et scientophobie : je choisis d’être vacciné !

Par Yves Buchsenschutz,
le mardi 29 décembre 2020

L’affaire des vaccins contre la COVID est particulièrement intéressante spécialement en France. Résumons rapidement : une pandémie virale inconnue se répand sur le monde comme une traînée de poudre sans que l’on sache très exactement comment la gérer, en particulier parce qu’elle provoque une saturation des systèmes hospitaliers inattendue e de t souvent presque imprévisible. À date, les deux seules solutions globales imaginées sont le traditionnel confinement et la vaccination. On sait que le confinement fonctionne mais que ses limites tant psychologiques et surtout économiques sont assez rapidement atteintes ; le vaccin, lui, doit être inventé, puis sécurisé, puis produit enfin administré, ce qui signifie des délais. Par contre il a des limites et possiblement des effets secondaires même généralement mineurs par rapport à une protection globale de la population, voire dans le meilleur des cas une éradication complète de la maladie comme pour la variole par exemple.

Où en sommes-nous ?

Après une année de pandémie, l’économie mondiale, c’est-à-dire notre niveau de vie est à genoux. Un ou des vaccins, présumés pour le moment efficaces et sans danger d’après les process habituels de développement bien qu’ils aient été très accélérés (un an au lieu de 10 !) [1] sont disponibles et par miracle, le pays de Descartes a accepté d’entrer dans une démarche collective européenne qui lui permet d’en disposer en même temps que tout le monde. Pour information quant au nouveau médicament est inventé dans le monde il passe par toute une série de filtres dont l’avant-dernier est l’agence européenne du médicament. L’observation oblige à constater qu’une fois le feu vert donné par cette organisation, les Allemands le mettent en marché en un mois et les Français en un an ! On ne va tout de même pas se fier aux autres.
Toujours est-il que :
• La Chine vaccine déjà depuis juillet, la Russie depuis le 5 Décembre, [2]
• les États-Unis vaccinent depuis le 14 Décembre, ont dépassé le million de cas traités, soit 0,2 % de leur population ,
• La Grande-Bretagne depuis le 10 décembre, premier ministre en tête,
• Israël, Mexique, Barhein, Oman, l’Amérique du Sud, le Maroc etc ont déjà commencé et ont déjà vacciné plus d’un pour cent de leur population.
• La France a commencé hier, 27 décembre ! Alors oui, nous avons déjà deux semaines de retard !

Oui mais nous, nous sommes un pays libre et nous discutons !

À la suite des camps de concentration et des expériences des médecins nazis, il a été jugé au procès de Nuremberg que l’on ne pourrait pas vacciner quelqu’un sans son accord. Curieux d’ailleurs car la plupart d’entre nous, enfants, ont reçu, pour les plus jeunes, 11 vaccins dits obligatoires : DTTAB, coqueluche, polio, BCG, variole etc. sans compter l’exigence de vaccins type fièvre jaune ou cholera pour aller dans des pays dits « exotiques ». Qu’importe, la vaccination, décision collective, s’il en est, puisque je me protège en protégeant l’autre et réciproquement, est devenue un abus de pouvoir potentiel pouvant mener à la dictature ! Et menaçant dangereusement la liberté.
Le résultat est que la moitié des Français, voire un peu plus, semble décidée à ne pas se faire vacciner contre la COVID. C’est-à-dire qu’elle choisit plutôt le confinement à répétition à vie, plutôt que le risque de la vaccination. Car même les Suédois sont revenus de l’immunité collective et spontanée.

Deux explications possibles : la peur ou la scientophobie !

La peur de la vaccination n’est pas nouvelle et des millions de pages lui ont été consacrés. Et oui, quels que soient les efforts de la médecine et des Big Pharma, cela ne marche jamais à 100 %, tant en termes d’efficacité que d’effets secondaires. Si vous vous rappelez l’école communale, on nous disait que Pasteur était plutôt angoissé lorsqu’il administra le premier vaccin contre la rage. Et je gage volontiers que les chercheurs et industriels qui ont mis au point les premières formules épluchent chaque jour les comptes-rendus pour vérifier que l’ensemble du système fonctionne correctement et comme prévu.
Je veux bien admettre la peur comme raison de ne pas se faire vacciner, au moins parmi les tous premiers. Mais merci à ceux qui acceptent d’être les premiers de cordée : ils sont tout de même plus vertueux et courageux que ceux qui attendent. A noter que rien qu’aux USA, déjà plus d’un million de personnes ont reçu la première piqûre fatale, sans conséquence significative semble-t-il. L’échantillon commence à être important. Et il augmente tous les jours, en nombre et en diffusion géographique.
Que politiquement on offre le choix au début, cela est probablement de bonne politique. Ceci dit, si cette « résistance » persiste dans le temps, elle deviendra une opposition grave, j’allais dire criminelle, à une recherche de sécurité collective.

La résistible ascension de la scientophobie

Moins d’actualité mais aussi beaucoup plus grave car touchant de plus en plus de domaines, la scientophobie (ou contestation systématique des résultats de la science) gagne du terrain chaque jour. Plus aucune décision ne semble désormais pouvoir être prise sur des connaissances scientifiques éprouvées et connues, au profit de fantasmes idéologiques.
Quelques exemples :
• notre espérance de vie augmente mais il faut prendre sa retraite plus tôt et travailler moins , accablant en conséquence les malheureux qui travaillent encore, alors qu’il suffirait probablement de décaler le départ à la retraite de deux ans pour tout le monde, pour solutionner à la base ce vaste débat
• nous avons besoin de tous nos moyens pour lutter contre de la pandémie mais nous continuons à faire tous les matins de nouvelles lois qui généreront de plus en plus de charges
• nous sommes sous risque de manque d’électricité cet hiver, mais nous fermons Fessenheim
• la France avait l’électricité la moins chère d’Europe et la meilleure économie de CO2. Dépêchons nous de détruire ce système et d’augmenter les tarifs.(+50 % en 10 ans !)
• une voiture électrique ne représente aucune économie de CO2 avant 75 000 km et de nombreuses voitures n’atteignent jamais ce kilométrage. Qu’importe : on change et ce changement va coûter 100 milliards d’investissements en infrastructure en plus.
• la production d’hydrogène consomme plus d’énergie qu’elle n’en restitue : allons y
• l’écologisme est en train de multiplier le prix du panier d’une ménagère française par 1,5 car il détruit non seulement la productivité obtenue année après année par les agriculteurs mais aussi tout le système de sécurité alimentaire patiemment tissé au fil du temps.
• De ce fait, la pauvreté relative augmente, il faut augmenter les aides sociales et donc les prélèvements et autres impôts et dégrader la compétitivité de nos entreprises
• penchez-vous à l’occasion sur le logement : vaste sujet. On ne peut plus construire ni acheter sans permis. On ne peut plus habiter sans squatter. On ne peut plus laisser son appartement vide sans être susceptible d’être réquisitionné ou taxé. On ne peut plus non plus le confier à RBnb. On ne peut plus avoir de résidence secondaire sans subir des taxations particulières. Il y a très longtemps que l’on ne peut plus définir son loyer librement pas plus que son augmentation. On peut par contre être obligé de ravaler ! On s’étonne ensuite que plus personne ne veuille investir dans le logement et que donc il en manque !
• Je vous laisse le soin de compléter cette liste. Pour le moment personne, en tous les cas pas dans notre pays, n’a remis en cause la rotondité de la terre mais cela pourrait venir !

Clémenceau disait paraît-il que la guerre était quelque chose de trop grave pour la confier aux militaires, il semble que la démocratie le soit aussi pour la confier au peuple voire aux politiques !

PAR PRUDENCE ATTENDEZ PEUT-ÊTRE UN PEU MAIS FAITES-VOUS VACCINER, MERCI

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

[1une part non négligeable du délai de développement d’un médicament vient de l’importance et surtout de la taille des tests. Ceux-ci sont forcément longs et coûteux.

[2mais d’aucuns considèrent que ces pays ont pris des risques peu compatibles avec les démocraties traditionnelles

5 réactions :

  • 1. Par Sarah LENTY, le mardi 29 décembre 2020 (10:33)
    Bravo M. Buchsenschutz

    Brillante démonstration sur la scientophobie.
    Toutes les mesures que vous évoquez qui vont contre la "science" sont le fait de nos gouvernants.
    C’est bien la preuve qu’il ne faut pas faire confiance à ces hautes autorités sur l’innocuité et l’efficacité de ces vaccins.
    Pour de la science dure, mieux vaut s’en remettre au Lancet, indéniablement.

  • 2. Par jacques Bénilan, le mardi 29 décembre 2020 (12:06)
    La vérité est plus complexe

    Ce sujet est fondamental aujourd’hui. Mais le traitement basique que nous en livre Yves Buchsenschutz est une simplification qu’il faut compléter.

    D’abord le choix de la solution globale n’est pas confinement ou vaccination. Le vrai choix c’est tenter de réduite la propagation du virus ou tenter de supprimer sa dangerosité sur les humains.

    Il est hélas trop simple d’écrire que le confinement fonctionne : le virus circule quand même et le confinement est une ruine de la société qui apporta beaucoup de malheur et même de morts futurs non mesurables aujourd’hui ...

    Quant à considérer que le vaccin est le seul traitement possible pour l’homme : c’est ignorer qu’un grand nombre entre nous, qui lit autre chose que la presse officielle, a déjà pris conscience de la nécessité et de la possibilité d’augmenter considérablement son IMMUNITÉ ...Alors, plus besoin de vaccin ; il suffit de prendre les compléments alimentaires efficaces : vitamine C, vitamine D, zinc, sélénium, oméga 3 et d’autres ..

    Et enfin sur le vaccin du type génétique ARN Messager, on ne peut ignorer que c’est une fantastique innovation mais avec des risques à terme de modifications génétiques inattendues et totalement inconnues !

  • 3. Par gerard dosogne, le mardi 29 décembre 2020 (12:56)
    Ah c’était formidable l’age des cavernes

    Mais l’espérance de vie était inférieure à 25 ans...
    Yves, tu oublies la phobie de la 5G qui devrait pourtant donner un sacré coup de pouce à la croissance ! Sic transit gloria mundi !!
    Allons tous nous faire vacciner dès que possible !!

  • 4. Par alain, le dimanche 3 janvier 2021 (23:09)
    Les français ne sont pas contre la vaccination

    Bonjour,

    Je ne pense pas que les français soient contre la vaccination mais ils sont prudents contre les vaccins à arnm qui n’ont pas encore prouvé leur inocuité à moyen-terme étant une nouvelle technologie.

    La stratégie de vaccination doit prendre en compte les différentes vaccins et pas uniquement ceux à arnm.

    Voilà pourquoi il n’y a pas d’engouement extraordinaire autour du vaccin aujourd’hui. A la France et à l’Europe d’homologuer plus de vaccins avec des technologies prouvées. Vu la technologie non encore prouvée et le suivi quii doit être fait sur 2 ans, il faut utiliser les vaccins à ARNM sur les personnes ayant un risque important de mortalité et utiliser les technologies de vaccins plus mures sur la plus grande partie de la population pour ne pas prendre de risque. C’est juste sensé et scientifique. Le vaccin à arnm doit faire ses preuves...Rappelons que le suivi des médicaments est très important sur la durée.

  • 5. Par zelectron, le lundi 4 janvier 2021 (12:29)
    Ce covid a permis d’avoir une preuve planétaire . . . .

    . . . . de l’incurie du corps médical qui n’est pas d’accord avec le diagnostique de son confrère, lui même en désaccord avec l’autre pour des (dé)raisons différentes et ainsi de suite . . . .
    La seule vérité éclatante : la MÉDECINE est une "SCIENCE" INEXACTE !
    Quant à la politique, c’est confirmé : une bande de charlatans imbus.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message