Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Libres propos > recensions de livres

Contre l’écologisme - Pour une croissance au service de l’environnement
Bruno Durieux (Edition de Fallois)

Par Gérard Dosogne,
le mercredi 2 octobre 2019

Bruno Durieux, polytechnicien et ancien ministre, a pris la plume pour une démonstration brillante d’une écologie, une science respectable, qui tourne à l’écologisme, une secte qui fait fi de la science et du progrès, fi des faits avérés pour prêcher la peur et l’obscurantisme dans un monde futur invivable.

Une démonstration historique qui rappelle les prédictions catastrophistes des grands prêtres de l’écologie des années 1970 dont toutes les prévisions se révélèrent, 40 à 50 ans plus tard, complètement fausses. Les 7 milliards d’individus qui peuplent aujourd’hui la planète devraient mourir de faim dans la pauvreté, et sinon de faim, de maladies pulmonaires dues à la pollution de l’air ou de dysenteries à cause de l’eau fétide et polluée par les déchets générés par l’homme. Il oppose bien entendu la réalité : en 2019 la pauvreté n’a jamais été aussi basse, l’air et l’eau plus propres, la nourriture plus saine et abondante et l’espérance de vire aussi haute.

Et pourtant l’écologisme renait de ses échecs et un dogmatisme militant qui n’a jamais désarmé, réussit à convaincre les jeunes par un catastrophisme qui fait mouche : l’hyper malthusianisme revient, des femmes ne veulent plus procréer, des adolescents refusent l’école (Greta Thunberg), car dans 10 ans on sera tous morts, et prêchent la décroissance qui seule, peut-être, pourra sauver la planète.

Le politiques (hors Chine, USA, Brésil et quelques autres…. ce qui heureusement fait un peu de monde), ces pleutres surtout européens qui croient que leur survie politique dépend de leur adhésion aux causes « à la mode », emboitent le pas et par leurs lois tentent de freiner le progrès.

Bruno Durieux fait une analyse cinglante de cet écologisme qui s’oppose au capitalisme et à la croissance économique pour promouvoir un retour à des régimes autoritaires, et pourquoi pas, sur le modèle soviétique : il faut imposer par la force aux citoyens les règles qui sauveront le monde !

Mais Bruno Durieux n’est pas pessimiste. Il croit en la capacité de l’homme à s’adapter, il croit à l’innovation et aux progrès de la science et des technologies, qui ont toujours déjoué les prévisions alarmistes des cassandres.

Mais attention ! L’écologisme peut forcer les politiques à freiner, empêcher le progrès : l’interdiction des OGM en France en est un signe criant, comme la volonté de supprimer les centrales nucléaires. Alors… à lire !!

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

2 réactions :

  • 1. Par zelectron, le dimanche 6 octobre 2019 (14:32)
    le véritable dilemme !

    l’écologie commence par une fabrication de qualité avec pour 1er résultat des produits quasi-inusables (pour la plupart) et alors que ferait-on des myriades de gens inemployés ?

  • 2. Par MOLINIER BENOIT, le jeudi 10 octobre 2019 (18:04)
    Menteur

    Bonjour,

    Vous caricaturez ceux que vous dénoncez : Greta Thunberg n’a jamais affirmé que dans 10 ans on sera tous mort. Vous mentez délibérément pour nous faire adhérer à vos propos. Pourquoi nous manipulez-vous ainsi ? Sinon, je suis plutôt d’accord avec vous sur la mauvaise presse qu’ont OGM et Centrales Nucléaires. Sinon, concernant les scenarii à +1,5° ? +3° ?, +4° ?, +7° ? => Qu’avez vous à dire ? Que pensez-vous des conférences de Jean Marc Jancovici ? Que pensez-vous des rapports du GIEC ? Vous pensez sérieusement être plus intelligents que ces experts ? ( Pour info : Bruno Durieux est un politicien est n’a aucune expertise en climatologie ) Continuez d’écoutez les brasseurs de vent !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message