Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Libres propos

Steven Pinker : la part d’ange en nous. Histoire de la violence et de son déclin

Par Yves Buchsenschutz,
le dimanche 27 octobre 2019

La découverte, car il s’agit en fait d’une découverte, qui va à l’encontre de notre perception spontanée de notre environnement, est que l’état originel du monde était la violence et que celle-ci, non pas dans un domaine ou deux, mais dans sa totalité, baisse de manière ininterrompue pour tendre vers zéro.

Les Principaux chapitres

1. Un pays étranger
L’auteur se livre à un large survol de l’histoire ancienne sur 8.000 ans jusqu’à nos jours, pour constater que l’histoire n’est que violence : guerres, pillages, esclavage, viols, religions, etc. Nous l’avons tout simplement occulté.

Il analyse ensuite une série de transitions :

2. La première transition : le Processus de pacification.
C’est le passage, datant d’environ 5.000 ans, de la société des chasseurs-cueilleurs à celle des agriculteurs. Contrairement à certaines affirmations, la vie des chasseurs-cueilleurs n’était pas une sinécure. Il semble que dès que la situation économique pouvait un peu s’améliorer, la population se développait entrainant de nouveau des pénuries et donc des combats ;

3. La deuxième transition : le Processus de civilisation : (du Moyen Âge au 18e siècle).
En Europe en particulier, se constitue de grands royaumes puissants en remplacement de territoires féodaux émiettés. L’honneur personnel laisse peu à peu la place à des états arbitres ;

4. La troisième transition : la Révolution humaniste : (du 18e au 20e siècle).
C’est l’âge de raison et des lumières en Europe, laquelle commence à déconstruire systématiquement la violence comme le despotisme, l’esclavage, les duels, etc. ;

5. La quatrième transition : la Longue Paix : (de la deuxième guerre mondiale à nos jours).
Après la deuxième guerre mondiale, les grandes nations puissantes ne se font plus la guerre entre elles ;

6. La cinquième transition : la Nouvelle Paix : (de la fin de la guerre froide, 1989, à nos jours).
Même si cela choque notre perception biaisée par l’information catastrophe à première vue, les conflits organisés ou locaux, les despotismes, les génocides, reculent partout dans le monde. Cela se mesure de manière tout à fait nette ;

7. Sixième tendance. Les Révolutions du droit :
Inauguré, ou pour le moins consolidé, par la déclaration des droits de l’homme de 1948, le règne du droit commence à se généraliser tant dans son application traditionnelle que dans l’extension de ses domaines : les femmes, les minorités, les enfants, les athées, les animaux, etc.

8. Démons intérieurs :
A ce stade, notre auteur, qui est à l’origine professeur de psychologie, décortique les raisons, mauvaises, de la violence : la prédation, la domination, la vengeance, le sadisme, et l’idéologie. Rien de tout cela n’est obligatoire ou mécanique. L’auteur ne tranche pas entre le bon sauvage de Rousseau et la brute animale, mais il analyse très finement à la lueur des études les plus récentes, tant sur le fonctionnement du cerveau que sur la psychologie, les différents mécanismes qui gouvernent nos comportements.

9. La part d’ange :
Le développement de l’empathie, la maîtrise de soi, morale et tabou, la raison sont en contrepoint les mécanismes qui vont lutter et se développer face aux démons intérieurs. Il n’est pas sûr qu’ils vont gagner mais ils sont plutôt en développement.

10. Sur les ailes des anges : qu’est-ce qui suscite votre optimisme ?
Écartant un certain nombre d’explications décevantes du type désarmement ou problèmes de ressources, l’auteur note néanmoins qu’il y a une certaine corrélation entre la violence et la pauvreté. Il analyse en détail le dilemme du pacifiste, le rôle de l’État Léviathan et arbitre, plus surprenant et beaucoup moins admis, le bénéfice du « doux commerce », la féminisation, la mondialisation, car elle développe la connaissance de l’autre et donc l’empathie, les organisations internationales, la raison...
Il précise que les événements récents (édition originale en 2011) ne changent en rien les tendances lourdes observées et qu’il faut simplement entretenir la flamme.

Un livre très épais mais passionnant et dérangeant, d’une érudition et d’une rigueur exceptionnelles. Il repositionne notre vision du monde et nous redonne un certain optimisme et des bases solides. Merci.

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

1 réactions :

  • 1. Par zelectron, le lundi 28 octobre 2019 (13:36)
    La violence physique ne s’est-elle pas transformée en oppression mentale ?

    "détails de l’histoire"
    4. La troisième transition : la Révolution humaniste : (du 18e au 20e siècle).
    C’est l’âge de raison et des lumières en Europe, à part la révolution française jusqu’aux génocides vendéens et bretons suivie de près par "le boucher de l’Europe" comme le nomment nos voisins . . .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message