Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Libres propos

Les actes effectifs contre l’islamisme : état d’avancement

Par Yves Buchsenschutz,
le jeudi 7 janvier 2021

Avoir dit et écrit qu’il fallait agir au lieu de légiférer, implique par derrière que l’on contrôle quelque peu ce qui se passe : c’est assez intéressant.

Au mois de juin le président de la république en personne a signé un accord avec la Tunisie [1] pour que ce dernier pays fournissant 150 imams à la France dont on espère qu’ils seront bien formés, qu’ils ne dévieront pas de la ligne moderne mais qui tout de même viendront faire de l’enseignement en particulier de l’arabe dans les écoles françaises, et ceci dans le Coran. Il me semble que nous sommes dans une voie hasardeuse.

Le 19 Novembre 2020 le gouvernement (en l’occurrence le Président de la république en personne) a reçu 29 associations « musulmanes » de France qui se proposent de labelliser les « bons » imams (plutôt bien) mais aussi de se concerter pour établir un corpus de ce qui serait compatible entre une interprétation moderne éclairée du Coran et la loi française imprégnée de laïcité. Une fois de plus (voir YB du 14/11/2018 « L’islam de France n’aura pas lieu »), on inverse la charge de la preuve. Quoique peut ferré en droit, il me semble que nous sommes typiquement devant un contrat d’adhésion (l’une des parties en présence pose ses conditions, dans le cas précis la loi française, et l’autre choisit d’y adhérer librement). Dans le cadre de la loi de notre pays il me paraît par construction exclu de rentrer dans un contrat synallagmatique, c’est-à-dire un contrat dans lequel chacun avance ses arguments pour arriver au final à un compromis plus ou moins équilibré. Construire la charte de la laïcité de cette manière c’est s’exposer dès le départ à faire des concessions ce qui est pour le moins contraire à l’objectif. [2] A noter par ailleurs que le représentant de la grande mosquée de Paris vient de quitter la conférence des imams créée par le gouvernement avec fracas car jugeant impossible une position commune.

La semaine dernière également, Madame Bachelot, représentant sinon le président Macron et du moins sa pensée, a réitéré des « dons » d’œuvres muséales conservées en France à des pays dont elles provenaient à l’origine. Ce problème est particulièrement intéressant car ces dons sont illégaux, mêmes rebaptisés « restitution » puisque les possessions des musées nationaux sont inaliénables de par la loi. Il était temps que notre président et sa ministre se prenne pour Monsieur Trump qui semble tout de même s’éloigner de la scène politique internationale. Leur ambition semble être de réécrire l’histoire, pourtant bien passée. On peut réécrire l’histoire à volonté mais les faits sont inscrits irrévocablement dans le passé et intangible.

Il m’est venu tout à coup en discutant avec un ami généalogiste une idée qui m’a empêché de dormir. Ce camarade se livre à des recherches et a fini par retrouver qu’un de mes ancêtres était présent en 732 à la bataille de Poitiers. Il y fut d’ailleurs grièvement blessé et malgré toutes mes recherches je n’ai trouvé aucune trace d’excuse d’un quelconque ottoman qui se serait chargé du péché d’invasion que ses coreligionnaires avaient accompli à l’époque. Je me permets donc de demander extrêmement respectueusement que la France demande officiellement un signe patent de repentance de la part de Monsieur Erdogan pour ce forfait resté si longtemps impuni.

Au même moment où Monsieur Erdogan conspue urbi et orbi le président de la république française, la Turquie finance très officiellement la construction de la plus grande mosquée d’Europe à Strasbourg à côté d’autres pays musulmans mais aussi des collectivités locales françaises.

Une petite lueur d’espoir : il semblerait que les services en charge de l’Aide Medicale de l’Etat (L’aide médicale d’État, officiellement appelée aide médicale de l’État, est une prestation sociale en France principalement destinée à prendre en charge les dépenses médicales - à l’origine d’urgence – des étrangers en situation irrégulière sur le territoire français.) Ceci a provoqué le développement d’un véritable tourisme médical. L’AME semble durcir quelque peu sa politique (20 Décembre 2020). La gratuité attire …

Il est tout de même franchement inconvenant de voir une large partie des pays à dominante musulmane se féliciter ouvertement du crime commis contre le professeur Paty. Un crime reste un crime dans tous les pays quelles que soit la religion ou les circonstances. C’est probablement une des rares valeurs universelles. L’interprétation « islamiste » serait-t-elle largement partagée ? (des journalistes de ces pays, Libanais voire Algériens semblent le penser (Sources Courrier International). La France a-t-elle réagi ?

Pour terminer, 2 nouvelles propositions :

- Pourquoi dans le cadre du Brexit ne pas laisser partir en Grande-Bretagne les réfugiés de Calais qui souhaitent tellement y aller ? nous ne sommes pas la Turquie ! Non seulement nous ne freinons pas notre attirance, nous admettons tout le monde et ne renvoyons quasi personne, mais encore nous retenons chez nous pour le compte des autres ! Au moins que l’on nous en donne les raisons.
- Puisque la « religion Ecologisme » a obtenu une Convention Citoyenne et prétend à ce titre écrire le droit de demain en la matière, mettons en place 2 autres conventions : une chrétienne et une convention musulmane. Le problème sera certainement encore embrouillé mais l’équité déjà mieux respectée ! Par chance les extrémismes de tous bords seront peut-être calmés !

Dans un très prochain article, Claude Sicard, notre spécialiste, reviendra sur les quelques cas où des pays ont réussi à se débarrasser de l’islam quand il prend sa forme invasive, totalitaire et terroriste. À cette vitesse-là, nous n’en sommes pas sortis. [3]

Yves Buchsenschutz

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

[1Voir Décret n° 2020-498 du 30 avril 2020 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne dans le domaine de l’enseigne- -ment de la langue arabe à l’école élémentaire en France, signé à Tunis le 31 mars 2017. Il y a 3 ans !

[2Former des imams selon un islam compatible avec nos valeurs et nos principes démocratiques est impossible, car le coran est ce qu’il est. Il faudrait laisser les imams se former sur le vrai coran et leur inculquer une formation complémentaire a nos valeurs : ce sera alors à chacun d’eux de faire sa synthèse personnelle.

[3à noter que ce problème est bien connu de nombreux pays musulmans (l’Égypte par exemple) qui, vivant de facto dans un islam « aménagé », ont eu toutes les peines du monde à se débarrasser sur leur propre sol de factions extrémistes sans compter les affrontements entre tendances (chiites contre sunnites au moins), qui enflamment continuellement le Moyen-Orient.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message