Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Libres propos

Les Eoliennes : une escroquerie verte organisée
Témoignage d’une agricultrice bio

le dimanche 16 décembre 2018

J’ai 35 ans et je suis agricultrice bio en Auvergne. Il y a deux ans, j’ai été contactée par une entreprise privée qui avait pour projet d’installer un parc d’éoliennes dans ma commune.
Je les ai reçus avec joie ! J’avais hâte de participer à un projet écologiste et d’apporter mon grain de sel à la fin du nucléaire.

Première surprise

Je m’attendais à rencontrer un représentant de l’Etat, ou de la préfecture pour ce genre de projet (l’énergie est, il me semble, le bien de tous et nous sommes tous concernés). En fait, il n’en était rien : c’était bien une entreprise privée financée par des fonds de pensions étrangers qui était chargée du projet. - Un peu bizarre, mais, après m’être renseignée, je me suis aperçue que tous les projets étaient tenus par des boîtes privées qui prospectent un peu partout en France pour chercher des terrains où placer des éoliennes.
Je pensais donc que cette société voulait m’acheter un bout de terrain, un peu comme un promoteur immobilier « du vert ».

Deuxième surprise

La société envisageait effectivement d’implanter une éolienne chez moi, mais elle ne voulait « surtout pas » me déposséder de mes terres. Elle voulait seulement louer le terrain. Et cela, pour une somme absolument mirobolante : pour moi qui ai des revenus de 1.500 euros par mois, on me proposait un loyer de 30.000 euros par an pour deux éoliennes implantées. Pendant 20 ans. 30.000 qui tombent tous les ans et je participe à l’écologie nationale. Un rêve.

 La société a insisté pour que je signe « rapidement », car d’autres agriculteurs pouvaient être aussi intéressés. A 30.000 par an, je n’en doutais pas une seconde.
 Mais… je suis auvergnate, et par nature, méfiante. J’en ai discuté avec… ma grand-mère. Elle a hoché la tête, et elle m’a dit : « ils veulent payer 75 fois le prix de la terre sans la posséder ? ici ? Là où nos terres ne valent pas grand-chose ? … « Il y a un loup quelque part ».
 Alors j’ai cherché le loup. Et je l’ai trouvé en demandant un nouveau rendez-vous avec la société. Je leur ai demandé une copie du contrat du bail. Et j’ai lu toutes les petites lignes.

Troisième surprise

Et voici la question que je leur ai posée : au bout de 20 ans, que se passe-t-il ?

 Pas de réponse. Ou plutôt une réponse très floue : on ne sera plus là, car on revend nos implantations à des entreprises étrangères (chinoises notamment). Mais la loi nous demande de prévoir le démantèlement de l’éolienne. Nous provisionnons 50.000 euros.
 Parce qu’au bout de 20 ans, une éolienne, elle est en fin de course.
 OK. J’ai donc fait venir plusieurs entreprises spécialisées. Pour démanteler une éolienne de 200 mètres de haut, le coût minimum est de 450.000 euros par éolienne. A la charge du propriétaire du terrain.
 Et s’il ne peut pas payer ? Comme il s’agit d’une éolienne industrielle, l’Etat se retourne contre le propriétaire, puis contre la commune.
 Je fais un rapide calcul : le projet d’ensemble comprend 7 éoliennes et ma commune 200 habitants.
 450 000 x 7 = 3 millions 150 000 de dette.
 J’ai la tête qui tourne… j’ai le vertige face à une telle dette.

Ça, c’était ma première découverte. Depuis, je suis allée de surprise en surprise.

Les (autres) surprises

Tout d’abord, je me suis demandée pourquoi cette société voulait implanter des éoliennes dans un endroit où il y a si peu de vent.

 Réponses : en effet, il n’y a pas assez de vent. Qu’à cela ne tienne, nous allons construire des éoliennes beaucoup plus hautes. 200 mètres de haut. La taille de la tour Montparnasse.
 Fort bien. Pour des éoliennes qui ne tourneront que 25 % du temps, pas très rentable… Alors, comment se fait-il que des fonds de pension s’intéressent tant à l’éolien en France ?
 Tout simple ! En France, une loi exige que l’énergie verte des éoliennes soit achetée en priorité deux fois le prix des autres énergies (l’hydraulique, qui est pourtant totalement vert, n’a pas ce privilège !)
 Donc, c’est intéressant pour les investisseurs (étrangers), sans doute en pleine complicité avec le gouvernement… car… qui paye cette différence ?

Nous payons

Sur votre facture EDF, il y a une petite ligne qui indique que nous « participons au développement de l’énergie verte » … en fait, nous finançons des actionnaires étrangers.

 Ah oui ! Je ne vous ai pas tout dit ! Cette énergie est essentiellement destinée à être exportée. Donc pas du tout destinée à faire fermer les centrales nucléaires.
 Ça, les actionnaires s’en fichent totalement. Moi pas. Je me suis livrée à un petit calcul : le développement de l’éolien en France va coûter 75 milliards d’Euros financés par nous-mêmes pour détruire nos paysages, notre tourisme, la valeur de nos biens immobiliers et nos parcelles cultivables (qui ne le sont plus quand on dépose 1.500 tonnes de béton dans le sol pour y placer la tour Montparnasse).
 Avec cet argent, l’État pourrait redistribuer à chaque Français une part pour isoler dignement son logement. Nous pourrions ainsi fermer 18 réacteurs nucléaires. Mais ça, ça ne rapporterait rien aux actionnaires.

Pour finir, je tiens à préciser que je ne signe pas ce texte.
Je vais faire des mécontents :
 les agriculteurs, qui souhaitent « rafler les 30.000 euros par an » sans réfléchir.
 les sociétés de l’éolien, qui, plus subtiles, me proposent des « compensations » contre mon silence.
 et les sociétés de béton qui acceptent avec joie de tout bétonner à outrance.

La France est très en retard par rapport aux autre pays Européens et mondiaux en matière de "vert". Elle se fait taper sur les doigts car elle dit "faites ce que je dis mais pas ce que je fais : "tous en vert, allez-y" !!! sauf que nous trainons les pieds.

Nos pénalités pèsent de plus en plus lourd dans la balance économique, elles sont de plus en plus importantes donc faut accélérer, coûte que coûte, le processus d’implantation du "vert". Tous les moyens sont bons même les frauduleux.

Merci de faire circuler, et réfléchissez. Je crois que sous couvert de « vert » on nous prend pour des jambons.

PS Les chiffres peuvent varier selon les cas mais le global reste vrai. Nous n’avons aucune obligation sauf celles que nous nous fixons.

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

17 réactions :

  • 1. Par zelectron, le dimanche 16 décembre 2018 (16:55)
    et le geothermique ?

    Nous avons un leader mondial sur le plan du creusement de puits y compris à l’horizontale, j’ai nommé Total ! En embauchant quelques ingénieurs islandais, je suis sûr qu’on ne pataugerait pas dans la semoule comme EDF pendant 25 ans à Soultz-sous-Forêts en Alsace (ce qui a coûté une véritable fortune avec la justification "d’études" y compris inutiles celles-là payées par nos impôts ?)

  • 2. Par Lecomte Consultant, le dimanche 16 décembre 2018 (17:29)
    Compliments pour votre perspicacité

    Bonjour,
    Compliments pour cet article, pour votre perspicacité, pour la réponse de votre grand mère, pour nous éclairer (sans l’éolien de ce type) contre cette dérive insoupsonnée...
    Et merci
    JJ Lecomte

  • 3. Par jm, le lundi 17 décembre 2018 (21:34)
    Vive ke nucléaire

    Juste une grosse erreur : le nucléaire est écologique et largement moins dangereux que toutes les autres production d’énergie...
    M. Jancovici confirme que l’éolien et solaire coute 20 fois plus que le nucléaire... et la aucune rentabilité écologique car les rares moment où ils produisent du courant c’est pour chauffer les fils d’edf.
    L’Allemagne est le 3ieme pollueur du monde suite à l’arrêt de 50% de son parc nucléaire pour le remplacer par des centrale... A charbon et gaz !!!
    Bref, toit ça pour détruire la filière nucléaire européenne.
    Cela va être dur de faire des voitures électriques avec 3 éoliennes...

  • 4. Par Picsou 75, le mardi 18 décembre 2018 (09:23)
    Fabricants ?

    et lorsque vous consultez les fabricants d’éoliennes (G.E. par exemple), ils vous répondent que le durée de vie est inférieure au seuil de rentabilité, et ces produits ne sont intéressants que pour les lieux isolés (Iles, montagnes..)

  • 5. Par Marc, le mardi 18 décembre 2018 (11:42)
    Mélanger le vrai et le faux, désinformation

    Il y a tellement à dire.

    Effectivement les entreprises qui investissent dans les éoliennes le font pour gagner de l’argent. C’est choquant pour certains mais le capitalisme est le moins mauvais des systèmes. Après, les états sont là pour réguler.
    Pour l’énergie les tarifs de rachats régulent le marché de l’électricité. Ils s’adaptent au "productible" en ce qui concerne l’électricité renouvelable. Et comme le vent ne souffle pas tout le temps ( et que le soleil se couche la nuit, les panneaux photovoltaïques ne produisent pas, scandaleux !), les tarifs sont améliorés. Mais le tarif éolien est descendu maintenant autour du prix du marché non subventionné. Le nouveau nucléaire est plus cher que l’éolien ! Mais il a l’avantage de produire H24.
    Jancovici ne dit pas que le renouvelable est 20 fois plus cher que le nucléaire. il n’est simplement pas anti nucléaire et il montre l’ampleur du défi énergétique, que certains écolos incompétents ne peuvent pas comprendre car le sujet est très technique. Si on s’en tient à des postures politicienne on ne s’en sortira pas.
    Les anti éoliennes sont généralement anti nucléaire ; yaka mettre des panneaux photovoltaïques. Oui mais, même si leur prix s’est effondré et qu’il valent moins cher que les tuiles au m2, ils ne produisent que lorsqu’il il y a du soleil et très peu en hiver dans nos latitude. Le stockage de l’électricité est encore trop cher et serait, selon diverses sources, très polluant avec les batteries lithium ion..
    Bref c’est très compliqué, on pourrait parler des voitures électriques aussi, de la méthanisation des déchets etc. Sur tous ces marchés l’état doit réguler et inciter, mais en dehors des modes, des postures politiques et des lobbies ( comme celui du bois-énergie qui est une hérésie puisqu’il fait croire qu’en abattant des arbres multi centenaires on fait du renouvelable, et que la combustion du bois est très sale même si nos ancêtres le faisait "dans le temps").
    L’éolien est moins discret qu’une centrale charbon ou gaz mais c’est propre.

  • 6. Par PTIK275, le jeudi 20 décembre 2018 (20:11)
    il y a tellment à dire...effectivement

    il y a surtout à boire et à manger

    Extrait :
    Ah oui ! Je ne vous ai pas tout dit ! Cette énergie est essentiellement destinée à être exportée. Donc pas du tout destinée à faire fermer les centrales nucléaires.
    l’auteur(e) ne sait visiblement pas de quoi il parle... ben non c’est pas fait pour remplacer les centrales nucléaires...parce que ça ne peut pas :
    l’éolien du fait de son intermittence non maitrisable (ça ne fonctionne que 25% du temps) et de son incapacité à s’adapter à la demande réseau ( ça n’a pas de puissance réglante parce qu’on peu pas demander au vent de souffler plus ou moins fort pour moduler la puissance active comme on le fait avec une turbine) ne pourra jamais remplacer la totalité production pilotable des centrales nuc ou charbon, croire cela est une hérésie...
    .au delà de 40% de renouvelable le réseau devient trop instable et les tranches "pilotables" (nuc ou gaz ou charbon) ne peuvent plus s’adapter au variations du réseau dues à l’intermittence de ces gadgets.....quand bien même on installerait 10milliards de GW d’éolien ...si y a pas de vent ça produit 0KWh...au contraire ça consomme...et si y a pas l’équivalent de secours (10 milliards de GW également) en puissance nucléaire ou charbon.... on fait quoi , on demande aux escrolos de pédaler ??

    conclusion, l’éolien ça sert à rien sauf à se donner bonne conscience pour satisfaire un dogme et couter de l’argent (beaucoup maintenant) aux ménages...là oui je rejoins l’auteur

    Extrait :
    Avec cet argent, l’état pourrait redistribuer à chaque français une part pour isoler dignement son logement. Nous pourrions ainsi fermer 18 réacteurs nucléaires. Mais ça, ça ne rapporterait rien aux actionnaires.

    totalement farfelu :
    18 réacteurs ça correspond à peu près à 18x1200MW (moyenne des paliers de puissance) soit 21600 MW soit 33% du parc actuel (63 000 MW)
    alors que le chauffage électrique représente 15% de la consommation globale (en moyenne)..... l’amélioration de l’isolation ferait gagner quelques % mais très très loin de l’équivalent de la production de 18 tranches nuc !!!...et puis l’été, on utilise pas de chauffage électrique pourtant les tranches nuc fonctionnent quand même et à 100% de puissance nominale donc on en a besoin même avec le chauffage électrique hors service !!

  • 7. Par herve, le jeudi 20 décembre 2018 (20:55)
    Eolien oui et alors !

    Quand on écrit sur un sujet à problemes et que l’on donne des fausses infos Mettre son nom serait la moindre des chose....Non ? Cordialement HNiepceron.

  • 8. Par GALLET, le lundi 28 janvier 2019 (10:20)
    ESCROQUERIE ENFUMAGE

    Une éolienne fournissant 5 Mégawatts. Un seul Réacteur nucléaire de 900 Mégawatts fourni 980 MW. Faites le calcul 980/5 = 490 éoliennes.
    Espace entre chaque éolienne 400 mètres. Il faut donc implanter des éoliennes sur 490 kms.
    Le béton au pied de chaque éolienne. Pour le béton il faut du sable.

    Trop de vent l’éolienne est déconnectée par sécurité, En période anticyclonique, si des éoliennes tournent, c’est quelle son réalimentées par le réseau EDF.

  • 9. Par oliv, le mardi 29 janvier 2019 (18:31)
    adoration au dieu des vents

    Et dans tout ce bazar personne ne parle de cette méga-intox de réchauffement climatique dû à l’action de l’homme. Complètement délirant pour qui s’est intéressé au sujet et sait calculer.
    On a connu obsolescence programmée pour entretenir artificiellement l’économie ; voici la nouvelle aubaine : le marché de la transition énergétique !
    Et tout le monde suit en bêlant et en tremblant de peur pour notre planète... aaarf.

  • 10. Par shyroki, le lundi 18 février 2019 (17:37)
    Une arnaque

    30.000 euros par an pendant 20 ans.

    Pour quelqu’un de vieux, le calcul est vite fait, il profite de cette manne pendant son vivant et dans 20 ans il sera mort, la dette ne sera pas pour lui.

    Toutes ces arnaques sont liés aux échanges économiques de l’énergie avec l’Europe, le coût du KWatt issue de l’éolien ou bien du charbon n’étant pas le même.
    Aucune garantie que ces échanges commerciaux avec l’Europe soient toujours les même dans 20 ans.

    L’éolien est mauvais économiquement, énergétiquement et écologiquement, pourquoi diable on continue d’en faire ?

  • 11. Par navarro-barriere, le lundi 6 mai 2019 (10:19)
    0323712016

    non eoliennes

  • 12. Par Lucas, le dimanche 1er septembre 2019 (03:26)
    Hyper intéressant

    Vos réactions autant que cet article ont été pour moi très instructifs. Malheureusement, tout ça ne m’a pas permis d’entrevoir une solution pérenne.

  • 13. Par François Aronssohn, le lundi 23 septembre 2019 (10:31)
    L’éolien ce curieux choix !

    Lorsque en 1973 a eu lieu le premier "choc pétrolier" les idées ont germé dans toutes les têtes d’ingénieurs pour produire de l’électricité autrement. La majorité de ces projets et études portaient sur la force de l’eau : énergie des marées (une centrale réalisée en France) mais aussi de la houle, des vagues, voire des courants.
    Du canard de Salter (université d’Édimbourg ) en passant par le Rectifier de 1975/1979 à Wallingford, le radeau générateur de Sir Chritoper Cockerell, etc etc ! (je donne des détails à qui en demande, comme le cylindre de Bristol par exemple) Mais il y a aussi l’exploitation de l’énergie thermique des mers : Comme dans votre piscine par beau temps, la couche supérieure des océans et mers est plus chaude que les couches profondes. Les centrales OTEC (Ocean thermal electric conversion) utilisent cette propriété pour faire bouillir de l’ammoniaque avec l’eau supérieure et le refroidir avec l’eau profonde. Mais curieusement, alors que ces processus ont fait la preuve de leur rendement et efficacité, l’époque de leurs études entre 1973 et 1980 en gros les a fait paraître trop chers. Quand on voit les sommes fabuleusement indécentes dépensée pour ces éoliennes inutiles on croit rêver. N’oublions pas que, même sous très haute tension, l’énergie électrique se dissipe en partie en chaleur dans les câbles dans les trop longs trajets.

  • 14. Par Bruno, le samedi 28 septembre 2019 (06:59)
    Et oui !!!

    Bonjour,

    Nous nous sommes battus pendant des années contre un projet éolien en essayant de faire ouvrir les yeux aux gens sur cette mascarade.

    Je partage tout à fait votre vision. Et encore il y a aussi la pression mise sur les élus en leur disant : « si vous n’en voulez pas, ce n’est pas grave, on va les mettre 100m plus loin sur la commune d’à côté, vous aurez les nuisances mais pas les revenus » et bien d’autres méthodes crapuleuses pour faire le maximum en sous-marin ce qui fait qu’une fois la population avertie, il ne reste que très peu de temps pour réagir !
    Et je passe les pots de vins aux différentes associations, pardon les dédommagements, pour qu’ils se taisent, genre association de chasse, etc...
    Sans parler des études sur l’impact sur l’environnement qui sont faites avec des falsifications énormes, rebouclées par l’état mais qui ne fait que regarder si les résultats de l’étude sont conformes à la loi et non si les résultats sont justes ( des fois il suffit juste de reprendre les données de l’industriel et de faire le calcul pour s’apercevoir que c’est bourré de mensonges ).
    Il ne faut aucun diplôme pour réaliser les études, pour notre cas, c’est la famille du promoteur qui faisait les études d’impact sur la faune et la flore ...
    Et la pression sur les agriculteurs qui une fois qu’ils ont signé ne peuvent plus revenir en arrière et une fois un peu avertis se retrouvent coincé...
    Et tout ça avec nos impôts pour effectivement alimenter les fonds de pension et même pas les nôtres ! Dans notre cas c’est une société canadienne qui rachetait tous les parcs éoliens de ce promoteur !

    Et la mascarade continue...
    Je vous remercie d’essayer d’alerter tout le monde, généralement on passe pour des anti-ecolos ou des pro-nucléaires...
    Non, juste des gens qui veulent préserver leur cadre de vie et ne pas enrichir les mêmes... au détriment de tous les autres !

  • 15. Par SCHNELL Marc, le vendredi 1er novembre 2019 (16:28)
    Président association ADENOS

    Le lobby éolien a prétendu de longue date que 75 % des français étaient « pour » les éoliennes, mais il ne faut pas perdre de vue :
     1- que les derniers sondages ont fait apparaître que la proportion des « favorables » décline pour passer en dessous des 50 %. Sans doute par la prise de conscience que permettent de tels échanges et argumentaires que se gardent bien d’aborder les promoteurs !! Et pour cause.
     2- sans compter que 75 % des français vivent en ville et ne se sentent pas directement concernés par l’envahissement de nos campagnes. Lors de pétitions sur les sites concernés, les avis défavorables sont largement majoritaires. Ce sont les habitants des campagnes, et eux seuls, qui subissent de plein fouet les dangers et désagréments de toutes sortes de ces machines gigantesques.
    Sauf les cultivateurs qui profitent de la manne et qui laisseront les déboires pour leurs enfants et au delà.
    -3 - un autre point, très important aussi, doit être abordé : l’aspect financier et la responsabilité des promoteurs quant à la pérennité des projets. Point qui intéresse tout particulièrement le cultivateur « bénéficiaire » mais tout autant la collectivité !!
    — Dans notre village, un promoteur veut installer 14 éoliennes !!! Nous résistons depuis 4 années...L’investissement peut en être estimé à quelqueS 45 millions d’€uros.
    En procès, nous avons donc connaissance de quelques chiffres dont on ne peut contester la véracité.
    Nous savons donc que, une fois réalisé, le projet serait transmis à une tierce société qui en assurerait la conduite. Le CAPITAL SOCIAL de cette nouvelle entité est de ... 5000 €uros ...
    Il est bien facile d’imaginer la suite logique, en cas d’une avarie sérieuse dans quelques années : un simple dépôt de bilan, et la société disparaît laissant les 14 éoliennes à démanteler aux frais des agriculteurs (qui n’en auront même pas perçu les moyens), ou de la commune ...

    Et cela avec la complicité de nous élus et gouvernants.

    MS

  • 16. Par José BEDEUR, le samedi 2 novembre 2019 (09:34)
    Éoliennes

    Ayant l’âge de la grand-mère, j’ai une bonne base en arithmétique qui me permet de soumettre ceci à tous les discoureurs :
    Rapport : 20 x 30.000 = 600.000
    Démontage (j’arrondis) 500.000
    Gain : 100.000 en 20 ans.

  • 17. Par Moutier isabelle, le vendredi 8 novembre 2019 (15:50)
    éoliennes citoyennes

    Bonjour je suis tombée par hasard sur votre article très intéressant car très bien expliqué, simplement !!! J’habite dans le maine et loire, et nous sommes un collectif d’agriculteurs et particuliers qui avons investi dans l’achat d’ éoliennes justement pour que ce ne soit pas des fonds de pensions américains ou suisses qui s’emparent des éoliennes !! ainsi les fonds sont locaux et reviennent à des personnes localement. il n’y a aucune raison pour que l’argent investie ne profitent pas aux personnes du territoire !!! qu’en pensez-vous ???
    Je précise que je n’ai aucun intérêt à vous dire ceci si ce n’est à vous encourager à faire comme nous si vous voulez vraiment investir dans les énergies plus vertes !!! si vous êtes intéressés par ce que nous avons mis en place je peux vous transmettre le site du collectif qui a mis ce projet en route !!!
    merci à vous

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message