Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Libres propos > Pochettes surprises et tabous

Téléphone au volant et retrait immédiat du permis de conduire

Par Yves Buchsenschutz,
le lundi 25 mai 2020

Je voudrais bien connaître qui est l’inventeur heureux, nouvelle réincarnation du Sapeur Camembert, qui a concocté la parution récente d’une nouvelle réglementation concernant la conduite d’un véhicule en tenant son téléphone à la main.

Je ne conteste pas, ou du moins pas complètement, la décision. Il est évident que si, quand je conduis, je me consacre exclusivement à la conduite, j’ai une chance d’être plus performant que si je fais quelque chose en même temps. Par exemple, le confinement nous a confirmé que l’arrêt total de la circulation ou presque, supprime les accidents de voiture. Le sapeur camembert lui-même l’avait bien compris : une voiture qui ne roule pas n’écrase personne.

La question est que dans la vie réelle, je fais le plus souvent plusieurs choses à la fois, je papote en tricotant et en prenant le thé, je fais la vaisselle en chantant, je conduis et j’écoute les nouvelles, je conduis et discute avec mon passager que parfois je regarde pour appuyer mes arguments, etc. Il n’est donc pas totalement stupide d’imaginer que je puisse conduire et téléphoner en même temps. D’ailleurs aujourd’hui, je dois conduire mon véhicule, mais aussi faire attention à celui des autres, surveiller la signalisation qui devient bientôt aussi complexe qu’un roman policier (voir les limitations de vitesse à l’entrée des grandes villes par exemple). Si l’on veut concentrer l’attention des gens sur leur conduite, il y a beaucoup de chemin à faire, pas seulement celui du téléphone.

Avez-vous déjà vu un vélo respecter un feu rouge ? Avez-vous déjà vu aujourd’hui une moto respectant les limitations de vitesse ou le taux de décibels autorisé ? De même pour les voitures de sport ? Le CO2 est certes une nuisance, les décibels également. À quand la mesure statistique de nos pertes d’audition à cause des motos et des avions ou des sirènes de la police ? et l’excès de vitesse ne fait-il mal qu’en voiture ?

OK donc, pour que l’on s’occupe de ce problème, mais peut-on pour une fois le faire sérieusement et équitablement et pas de manière idéologique.

Surtout, je m’interroge sur le timing : les Français viennent de vivre deux mois, voire trois, un peu pénibles, au point d’ailleurs qu’ils envisagent très sérieusement de prolonger cette période de prison relative par deux mois de vacances habituelles (maintenant considérées comme incontournables et validées par le gouvernement) ce qui laissera probablement notre pays exsangue au mois de septembre (merci aux professeurs, aux syndicats, aux juges, et autres fonctionnaires qui ont freiné des quatre fers pour reporter la reprise du travail et donc de l’économie). Avions-nous réellement besoin de mettre cette procédure en place maintenant, de cette manière, brutale et confiscatoire ? cela ne fera au fond qu’augmenter le nombre de chômeurs par défaut de permis et les assistés sociaux par défaut de paiement. Le 80 km/h était probablement aussi décalé mais moins déphasé par rapport au contexte.

PS : je conseille fortement à l’inventeur de cette mesure d’étudier la suivante : évaluation du nombre d’accidents consécutifs à l’augmentation forcenée du nombre de cyclistes. Il en tirera peut-être la conclusion qu’il faut arrêter les vélos ou bien les équiper d’une armure.

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message