Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > Politique industrielle

Réindustrialiser la France :une tâche herculéenne !

Par Claude Sicard,
le jeudi 2 juillet 2020

Emmanuel Macron, dans son adresse à la nation du 14 juin dernier, a mis fin au confinement de la population et il a indiqué aux Français que nous entrions maintenant dans une « seconde étape », celle de la reconstruction de l’économie du pays. Il s’agit d’une annonce capitale, et l’on peut craindre que les Français minimisent l’enjeu dont il s’agit, ne mesurant vraiment ni l’ampleur de la tâche, ni sa difficulté. Certains pourront même prendre ses propos pour ceux d’un habile communiquant, ce que les anglais nomment du « smooth talking » ; mais cela n’est probablement pas le cas, car notre Président paraissait très déterminé.

(Article paru dans Les Echos, le 30 juin 2020)

Il va donc s’agir, rien de moins, que de « bâtir un modèle économique plus fort, pour ne pas dépendre des autres », un « modèle économique durable » a dit Emmanuel Macron. Et, développant sa pensée, il a déclaré : « Il nous faut créer de nouveaux emplois en investissant dans notre indépendance technologique, numérique, industrielle et agricole, par la recherche, la consolidation des filières, l’attractivité, et les relocalisations lorsque cela se justifie, et un vrai pacte productif » . Il s’agit d’une tâche de très longue haleine, particulièrement ardue, qui va nécessiter que soient effectuées de très profondes réformes de structure. Cette allocution marque donc le nouveau cap qu’il se fixe pour la fin de son quinquennat, et si les Français acceptent de lui faire à nouveau confiance pour un nouveau mandat lors des prochaines élections présidentielles, ce devrait être, normalement, l’axe directeur de son second quinquennat.

Depuis bien des années, en effet, tous les clignotants de l’économie française sont au rouge, et la France, il faut en être conscient, vit « sous-perfusion ». Elle est alimentée artificiellement par des fonds provenant d’emprunts, et par des prélèvements obligatoires tout a fait excessifs sur sa population. Cette thérapie a, bien évidemment, ses limites, et nous sommes, précisément, en butée, aujourd’hui. La dette extérieure n’a pas cessé de croitre, d’année en année, et du fait des mesures prises pour soutenir l’économie pendant la crise du coronavirus elle va faire un bond supplémentaire pour atteindre en fin d’année 120 % du PIB. Quant aux prélèvements obligatoires, ils sont devenus les plus élevés de tous les pays développés, et on ne peut guère aller plus loin : ils brident le dynamisme des entrepreneurs et réduisent la compétitivité des entreprises..

Le mal vient de la fonte régulière, d’année en année, du secteur industriel du pays. Les Français n’en prennent conscience que seulement aujourd’hui, avec la crise du coronavirus qui a servi de révélateur. A la fin des Trente-Glorieuses le secteur industriel de la France était puissant : il employait 6,5 millions de personnes et représentait 28 % du PIB. Aujourd’hui, les effectifs industriels se sont considérablement réduits : ils ne sont plus que de 2,7 millions de personnes, et le secteur industriel ne contribue plus que pour 10 % seulement à la formation du PIB. Normalement, il devrait s’agir de 20 %, et l’Allemagne ou la Suisse se situent bien au dessus. La France est donc, à présent, le pays le plus désindustrialisé de tous les pays européens, la Grèce mise à part. Nos dirigeants se sont trompés en se fondant par trop sur la théorie des « trois secteurs de l’économie » qui voudrait qu’une économie moderne soit une société « post industrielle », c’est-à-dire sans industrie. En fait, la théorie des trois secteurs de l’économie que Jean Fourastié avait dégagée de ses travaux, en 1946, a été caricaturée. Un pays moderne n’est pas un pays sans industrie, mais bien, plutôt, un pays doté d’un secteur « hyper-industriel », avec des effectifs, certes, réduits par rapport à la phase antérieure, mais où les emplois sont à très forte valeur ajoutée. On oublie que Jean Fourastié avait raisonné en termes d’effectifs, et non pas de valeur ajoutée.

Si l’on prend le soin d’établir une corrélation entre la production industrielle des pays (calculée par habitant), et les PIB/ capita de ces pays, on note un coefficient de corrélation étonnamment élevé : il est un peu supérieur à 0,93. Cela signifie que la production industrielle des pays est bien la variable explicative de leur richesse. Il est ainsi aisé, par les techniques de l’économétrie, de calculer la richesse dont la France s’est privée en abaissant à 10 % du PIB la contribution de son secteur industriel, au lieu de 20 % qui serait le bon niveau. Le calcul auquel nous avons procédé aboutit à la conclusion que la perte de richesse due à l’affaissement de notre secteur industriel se monte à 268 milliards d’euros. On peut tenter de recouper ce chiffre par une approche empirique fondée sur les emplois manquants : on arrive, alors, au chiffre de 423 milliards d’euros. Il parait donc possible de retenir, de ces deux approches, le chiffre moyen de 350 milliards d’euros.

Cette perte de richesse est donc considérable, et c’est elle qui a plombé notre économie, car il a fallu que l’Etat intervienne de plus en plus pour soutenir le niveau de vie de la population. La compensation s’est faite d’une part par de l’endettement, chaque année, et, de l’autre, par une montée inexorable de la pression fiscale. L’endettement extérieur du pays n’a donc pas cessé de croitre, d’année en année, et les prélèvements obligatoires, de leur côté, sont devenus les plus élevés de tous les pays de l’OCDE. Si notre industrie n’avait pas fondue comme elle l’a fait, le pays n’aurait pas eu à augmenter sa dette de quelque 80 à 100 milliards d’euros chaque année, et les prélèvements obligatoires se situeraient aujourd’hui à la hauteur de ce qu’ils sont dans les autres pays européens : 100 milliards donc qui ont été compensés annuellement par de la dette, et 250 milliards de trop, aujourd’hui, sur les prélèvements obligatoires.

Emmanuel Macron qui se propose de reconstruire notre économie s’attelle donc à une tâche herculéenne, d’autant qu’il a pris l’engagement de se tenir aux côtés des Français dans cette nouvelle aventure. Il va s’agir de compenser les 350 milliards d’euros qui manquent a notre PIB en raison de la fonte de notre secteur industriel. Ces 350 milliards sont de la valeur ajoutée : cela correspond à un chiffre d’affaires pour le moins double, soit 700 milliards d’euros d’activités nouvelles à trouver. Pour se représenter la dimension du problème, il faut réaliser que cela correspond à plus de 4 fois l’importance de notre secteur automobile, et à 10 fois celle du secteur aéronautique.

On n’est donc pas prés de voir notre économie se trouver remise d’aplomb : le problème crucial reste de savoir avec quelles nouvelles activités on va pouvoir reconstruire le pays, et combien de temps tout cela va demander ?

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

1 réactions :

  • 1. Par zelectron, le jeudi 2 juillet 2020 (10:00)
    Réindustrialiser : le terme est mal choisi

    C’est industrialiser qu’il faut dire, car "récupérer" les usines implantées en Chine est un leurre comme si le chinois allaient laisser faire !

    Le deuxième obstacle c’est le niveau général de l’éducation du fait des diplômes distribués comme des pochettes surprises le Baccalauréat en est un triste exemple

    Le reliquat du tissus industriel de jadis est à pleurer : il reste à peine 10 à 15% de ce qui existait il y a 30 ans (après le passage de Mitterrand, dont l’action mortifère s’est maintenue jusqu’à nos jours et hélas continue : retraite à 60ans voire 58, semaine de 35 heures au lieu de 39, désarmement des avions au Bourget # 80 milliards d’annulations de commandes et 30 ans de "punition",sans compter sur les dégâts industriels collatéraux gigantesques y compris civils . . .] ! )

    En dernier lieu ce sont des décennies dont il faut parler (2 à 3 générations ?)

    Si l’état ne dégonfle pas ses effectifs d’au moins 30 à 40%, c’est peine perdue, personne n’a envie de travailler pour le roi de Prusse ou encore tirer les marrons du feu pour ne récupérer que les épluchures !

    ps. après 35 années passées dans l’industrie et j’étais au Bourget ce jour là

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message