Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > Les inégalités

Les Français n’aiment pas la richesse !
Ils auront la pauvreté !

Par Gérard Dosogne,
le jeudi 28 mars 2019

Les Français ne veulent pas travailler plus, ni se mettre au niveau de leurs voisins Européens en termes de temps de travail : profitons de la vie !! Pas de problème, il existe une solution : la monnaie. Il faut que la France sorte de l’Euro et accepte une baisse de valeur de ses actifs et un appauvrissement de la population.

J’ai récemment écrit un article sur la renaissance de l’Europe, suite à la lettre ouverte d’Emmanuel Macron. On a tous pu lire que « AKK », la dauphine d’Angela Merkel, avait une analyse proche de la mienne : il faut faire converger les politiques sociales et fiscales pour établir une base commune et forte, nécessaire au développement d’une Europe forte, qui comptera sur la scène internationale.

La France se distingue par un temps de travail sur la durée de vie le plus bas d’Europe et les prélèvements fiscaux les plus hauts par rapport au PIB. Donc une convergence vers la moyenne Européenne impose deux conditions incontournables : travailler plus et abaisser la pression fiscale pour se mettre au niveau de ses voisins.

Mais qui dit revenir aux 39 ou 40 heures hebdomadaires, à 4 semaines de congés payés, à la retraite à 65 ou 67 ans est taxé chez nous de fou, doux utopiste ou dangereux agitateur : le Français veut travailler le moins possible. Point final ! Le Français n’est ni un Allemand, ni un Suisse, ni un Hollandais, ni un Américain, ni, etc.

Un sondage ce dimanche 24 mars confirme ce diagnostic : plus de 60% des Français interrogés refusent de travailler plus par semaine, par an et sur leur durée de vie en refusant le report de l’âge de la retraite.

Ça tombe bien ! les Français n’aiment pas la richesse ! (des autres…) et le seul moyen de sortir de la crise en France, de la désindustrialisation, du chômage de masse et de la stagnation des revenus (avec baisse de pouvoir d’achat), du déficit abyssal du commerce extérieur et des comptes publics, c’est d’utiliser la troisième variable d’ajustement : la monnaie. Le niveau de sa monnaie par rapport aux autres, représente la richesse relative d’un pays et sa valeur est fortement liée à la compétitivité du pays.

La monnaie a été la variable d’ajustement utilisée par les gouvernements français durant les fameuses 30 glorieuses ! Un franc suisse valait 1 franc français en 1970, et aujourd’hui 1,10… euros, soit 7 francs Français ! Et ce fut vrai entre 1950 et 1990 avec l’Allemagne, la Hollande ou la Belgique. C’est totalement indolore, et on redonne de la compétitive à nos produits, non pas grâce à l’amélioration de la qualité ou de la productivité ou la montée en gamme, mais parce que la France « solde » ! On appelle d’ailleurs cela la dévaluation compétitive…

Si la France et les Français refusent les réformes structurelles, il faudra (volontairement ou involontairement) sortir de l’euro et renoncer au « bouclier » dont nous avons profité des avantages, tout en repoussant les devoirs et contraintes. Au bout de 15 ans, ça craque. Savez-vous qu’en 15 ans le PIB par habitant de la France s’est dégradé de 15% par rapport à celui de l’Allemagne ? Donc 15% de dévaluation nous remettrait à niveau… mais en supposant que l’on fasse quand même quelques réformes, sinon le processus continuera inexorablement et la France et les Français seront, relativement, de plus en plus pauvres (donc heureux ??)

L’addition arrive.
Ils s’en fichent… la France est un si beau pays.

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

4 réactions :

  • 1. Par zelectron, le jeudi 28 mars 2019 (18:44)
    Micro-trottoir

    A la question posée "que feriez vous si vous gagniez 1 million à la loterie" à des clochards, des piliers de bistrot, des gens portant des vêtements usés jusqu’à la corde ou encore ceux qui dans la rue se disent pauvre et enfin ceux qui sortent de Pôle Emploi, 90% ne se disent pas que cet agent immérité devrait servir à de "vrais pauvres" et non à eux mêmes., ils enchainent tout de suite sur voitures, maisons, bateaux et autre attributs de "riches" qu’à ce moment là ils ne jalousent plus du tout !
    Les Français n’aiment pas les riches mais ils adorent la richesse

  • 2. Par Sarah LENTY, le jeudi 28 mars 2019 (21:28)
    Égalité à tout crin ?

    Les jeux de hasard sont inégalitaires par essence. On appauvrit d’un Euro 1million de parieurs pour faire 1 seul millionnaire...
    Les Français sont pour l’égalité mais font partie des plus gros parieurs au monde.
    Cherchez l’erreur !

  • 3. Par gaston79, le vendredi 29 mars 2019 (08:01)
    variable d’ajustement

    En fait, faute de pouvoir "manipuler" sa monnaie depuis l’euro, la variable d’ajustement traduisant le déclassement de la France devrait être la baisse des salaires.... sauf qu’ils sont bloqués à la baisse par le SMIC. Et c’est donc le chômage qui prend le relais... c’est mécanique.

  • 4. Par HUBIN, le vendredi 29 mars 2019 (15:54)
    travail où pauvreté , il faut choisir ?

    Bien sur que la France et les français s’appauvrissent , enfin les gilets jaunes l’ont compris , et les retraités qui sont partis trop tot à la retraite et que l’on taxe d’une petite CSG de plus !!

    Mais les élus ne sont pas là pour suivre les troupes en démagogie aggravée , ils peuvent aussi comme le grand Charles allez contre l’opinion de tous , si du moins elle est stupide ! alors il faut dramatiser un peu (il y a de quoi être inquiet quand meme !) et décidez de renforcer et d’accroitre le travail (chaque semaine un peu , chaque année un peu et avant la retraite beaucoup ) Nous irons alors beaucoup mieux !et ce sera vite fait , mais on préfère tergiverser, comme celui qui voulait couper la queue du chien chère à Bastiat , pendant des années alors que tous nous attendons de nos dirigeants un peu de détermination

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message