Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Edito

Madame Pompili, Ministre de l’écologisme totalitaire

Par Yves Buchsenschutz,
le mardi 13 octobre 2020

Sous la pression constante et pointilleuse de la Convention Citoyenne pour le Climat, Madame Pompili risque de devenir assez rapidement, au lieu d’une ministre de la transition écologique, une ministre de la catastrophe, ou à défaut, une sorte de Madame ERDOGAN.
Ses interventions et projections stimulantes se succèdent à un rythme élevé dans les différents médias pour expliquer ce qui va changer pour nourrir le moloch écologisme : Quand, Comment, et Pourquoi ?

L’interdiction des animaux dans les cirques

Grande nouvelle pour nos concitoyens Amis des Animaux : à compter de ce jour, les animaux, sauvages, seront progressivement interdits dans les cirques. Ceci concerne les lions, les tigres, les dauphins, les orques… Je n’ai pas eu d’information concernant Les chevaux, les chiens, a fortiori, les poules, les pigeons, les moustiques, voire les rats. Je n’ai pas eu non plus d’information concernant la différence, fondamentale je pense, entre un animal sauvage, maltraité par principe, un animal domestique, exploité c’est bien connu, et un animal de compagnie (63,5 Millions en France à date, 1 par habitant) dont on abandonne 100 000 chaque année, mais qui eux, sont « heureux ! » puisque placés sous le régime de la liberté surveillée des… amis des animaux.
Que l’on surveille la maltraitance inutile des animaux (pour le moment encore, nous sommes omnivores et d’ailleurs certains d’entre eux sont carnivores), certes, mais de là à faire primer la vie des animaux sur celle des hommes, il y a un chemin que je ne parcourrai pas. La réintroduction idéologique de loups ou d’ours dans l’environnement immédiat de l’homme s’arrêtera probablement à la première petite victime de ces décisions curieuses. A quand la réintroduction massive de vipères ? ou de moustiques et autres insectes destructeurs des forêts ?

La taxation des SUV au poids

A partir du moment où l’on considère que les émissions de CO² sont nuisibles, je peux comprendre que l’on envisage une forme de malus basée sur ce critère. Mais il n’est écrit nulle part qu’un SUV doit émettre du CO² et il pourrait fort bien être électrique. Le poids peut, au pire, influer sur l’usure des routes mais cela paraît tout de même un critère un peu marginal.
A noter qu’une fois de plus la solution est une punition.

L’arrêt des ouvertures de Supermarchés

Il paraîtrait que les supermarchés sont des lieux de tentation et de consommation abusifs. Donc arrêtons d’en ouvrir. Faut-il d’ailleurs étendre ce régime aux hôpitaux (et aux médecins). Cela a déjà été tenté avec plus ou moins de succès. Il est vrai que La consommation n’a pas de limite sauf peut-être en alimentation. Mais c’est exactement la même chose en médecine et je vois mal quelqu’un accepter de ne pas être soigné, sans parler d’une éventuelle amélioration de son aspect ou de ses capacités.
A noter que par ailleurs, on supplie partout de faire en sorte que l’ensemble de la population mondiale accède à ces biens et facilités ! Les contradictions pleuvent. Comment arbitrer ?

Le redéploiement de la SNCF, voyageur et fret

Il n’est malheureusement pas prouvé que le chemin de fer soit clairement un moyen de transport plus écologique que les autres, y compris l’avion. (Il est en général plus facile d’installer et d’entretenir 2 aéroports entre 2 points, qu’une ligne continue de chemin de fer). Mais il y a pléthore de cas particuliers où cela se justifie, ou se justifierait encore plus si nous n’avions pas en face de l’économie et de la population un monopole étatique et syndical qui s’est constitué une rente qu’il ne veut aménager sous aucun prétexte. Il existe pourtant des exemples positifs : le transport de minerai en Mauritanie, certains TER, une partie des TGV, etc. mais le résultat constaté de la concurrence ne laisse pas beaucoup d’espoir.
On pourra peut-être remarquer par ailleurs qu’il n’est peut-être pas très sain d’encourager un état à renforcer des monopoles qu’il a déjà tendance à ériger lui-même en système. Laissons, s’il vous plaît, un peu de concurrence entre l’avion et le train et que le meilleur gagne.

La « vélotisation » des villes

A force de favoriser l’utilisation du vélo, on a congestionné leur circulation, ainsi bien sûr que celle des voitures, mais aussi celle des autobus (baisse de vitesse moyenne de près d’un tiers à Paris) et des taxis. On a également multiplié les accidents et les morts. Tout le monde s’est retrouvé d’accord pour le dimanche sans voiture : il n’y en avait pas, mais aussi pas de vélo, ni même de piétons : le mauvais temps était passé par là. Tiens le soleil ne brille pas toujours ? et parfois il faut transporter un canapé ou un agent de la Mairie, qui continue à circuler en voiture, lui.
Il n’y a pas, pour le moment, d’interdiction massive de circulation des autres moyens de locomotion, mais cela a déjà commencé par petit bouts (zones piétonnières, quais de Seine, rue de Rivoli… avec des conséquences commerciales non négligeables pour les riverains). C’est l’interdiction par l’asphyxie). Ce qui est certain, c’est que le Code de la Route n’est pas un frein pour les vélos at autres trottinettes.

Le verdissement de la ville

Alphonse Allais en son temps avait déjà réglé ce problème : il faut construire les villes à la campagne ! Il semblerait toutefois que le mouvement mondial des populations soit plutôt vers l’urbanisation que vers la ruralité. On peut le regretter, mais on l’observe uniformément : cherchez le lien social ! Quant aux arbres, la surdensification des forêts exigée par l’écologisme, tant en Californie qu’en Australie, semblerait la cause majeure des gigantesques incendies qui ont ravagé ces pays cet été. La multiplication inconsidérée des cervidés et des sangliers en forêt de Chantilly détruirait la forêt ! (Ces animaux sont très friands des jeunes pousses d’arbre).

Interdiction de la publicité pour les produits anti-écologiques

Pour moi, c’est la plus belle trouvaille de ce bric-à-brac.
En vrac, qu’est-ce qu’un produit anti-écologique ? qui va le définir ? en général, en matière de toxicologie, l’important c’est la dose, qui va la fixer et comment ? où commence et où finit la publicité ? un tweet, internet, une page dans le Monde, un spot TV ? une opinion, un article, une émission-débat ? Ce qui est certain c’est que l’écologie et le bio, son jumeau, sont le plus grand lobby planétaire jamais inventé : non seulement il n’y a plus que du pro-écolo et du pro-bio ainsi que tous leurs dérivés, mais il a colonisé les publicités d’organisations même non bio : les journaux TV, la publicité de TOTAL, LECLERC ou PEUGEOT, voire d’AIRBUS ou les haricots locaux. Tout cela est devenu écolo et bio d’un coup de baguette magique. Il faut dire que les grands prêtres se bousculent dans cette nouvelle religion : le GIEC, les partis verts, le WWF, GREEN PEACE, OXFAM, les égalitaristes… La couleur de demain devrait être uniformément le vert. On me dira que les gens sont d’accord : non, 20 % seulement des gens soutiennent cette opinion et encore, en finançant leur publicité globale par l’état le plus souvent, c’est-à-dire la caisse commune et en utilisant l’arme sournoise du « politiquement correct ». Son mode de raisonnement est par ailleurs parfaitement pernicieux : où s’est perdu le dialogue ? On n’en est pas encore à la valise ou au cercueil, mais déjà à obéir ou… partir ?

L’écologisme devient progressivement un mouvement totalitaire

Mais sa caractéristique principale reste son caractère profondément antidémocratique : transposons leur dernier raisonnement en politique : serions-nous d’accord pour donner demain le monopole de la parole au(x) parti(s) vert(s) ? Plus de « pub » pour Mr Mélenchon, ou Mme Le Pen, ou même Mr Macron (éventuellement sous contrôle) : tous interdits de parole car non conformes à la publicité pro-vert ou aux exigences du CCC ? Nous voilà rendus en Turquie chez Monsieur Erdogan où l’écologisme aurait remplacé l’islamisme.
Je ne nous le souhaite pas mais je le crains ! Quelle déception de constater que les disciples de Rousseau reprennent le chemin de la Terreur et de Robespierre. Le Siècle des Lumières méritait mieux que cela.
Vous aurez remarqué par ailleurs que notre monde dans ces conditions ne serait plus peuplé que d’obligations ou d’interdictions avec, finance oblige, des amendes ou autre punition à la clé. Combien de condamnés politiques emprisonnés en Turquie à date ?

Yves Buchsenschutz

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message