Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Edito

Drôle de guerre …

Par Robert Devos,
le lundi 4 mai 2020

Emmanuel Macron a déclaré la guerre au Covid-19, un ennemi invisible et mondial qui a fait mettre un genou à terre à la plupart des pays de la planète. Situation inédite qui nous ramène à des époques qu’on croyait révolues. Cette guerre contre le Covid-19, il ne fait pas de doute que nous allons la gagner, plus ou moins facilement à coup de chômage partiel et de prêts aux entreprises et avec un nombre limité de morts. La France traverse actuellement une période bizarre où les Français semblent en apesanteur. Une drôle de guerre donc …

Mais cette expression nous renvoie à des heures plus sombres, celles de la période entre Septembre 1939 et Mai 1940 où la France et l‘Angleterre, après avoir déclaré la guerre à l’Allemagne en Septembre 1939, restèrent l’arme au pied. Cette période qui aurait dû être une période d’intenses préparatifs pour se prémunir contre l’orage qui menaçait, a été vécue en France comme une parenthèse pendant laquelle chacun continuait de vaquer à ses occupations. Les Français, très majoritairement pacifistes, ne voulaient pas de cette nouvelle guerre et la France s’est retrouvée en mai 1940 complètement dépassée par la violence de l’attaque allemande.

Eh bien, aujourd’hui nous sommes de nouveau dans une drôle de guerre. La guerre contre le Covid-19 va se terminer dans quelques mois, mais une nouvelle crise se prépare. Une crise économique cette fois, mais d’une ampleur mondiale et à laquelle il convient de se préparer d’urgence si nous ne voulons pas répéter les erreurs du passé. Et les Français ne semblent pas se préparer à cette crise qui menace. Pour s’y préparer, il faut simplement faire preuve de courage et de détermination, choses qui nous ont cruellement manqué en 1940.

Courage pour dire la vérité aux Français : nous ne pouvons pas être le pays du monde où l’on travaille le moins (35 heures, congés, date de départ à la retraite) et où l’on dépense le plus au niveau social ! Donc nous avons un besoin absolu de réformes qui vont en sens contraire des souhaits des Français (même situation en 1940 où les Français ne voulaient pas de la guerre). Un tout petit exemple très concret et actuel du besoin de réformes : les urgences à l’hôpital. Pendant toute la fin de l’année 2019, nous avons vu de nombreux services hospitaliers d’urgence se mettre en grève et réclamer plus de personnels et plus de moyens pour faire face aux demandes des personnes qui venaient aux urgences. Quiconque est allé aux urgences dans un hôpital de la région parisienne est effaré de la véritable cour des miracles que ces urgences médicales sont devenues : la foule qui s’y presse ne parait pas avoir bien compris la notion d’urgence médicale. Une urgence médicale : c’est le sang qui saigne, une douleur insupportable, une pathologie nécessitant une intervention d’urgence. Or, dès que le Covid a fait son apparition médiatique, cette foule a disparu du jour au lendemain, ce qui a amené les urgentistes à se poser quelques questions sur leur utilité réelle… En fait, il s’agit simplement d’un problème d’organisation : les urgences à l’hôpital doivent s’occuper de véritables urgences médicales et ne plus être une sorte de Samu social. Donc il faut mettre en place un système de filtrage pour éviter cet engorgement inutile. Une première piste serait de demander aux personnes arrivant aux urgences le paiement de 10€. Pour une véritable urgence médicale, payer 10€ pour qu’on règle le problème est un petit miracle !! Mais il faudra du courage pour mettre en place une nouvelle organisation qui ne correspond pas à la bien-pensance actuelle !

Détermination, pour faire adhérer les Français à ces changements nécessaires. Et ces changements seront très nombreux ! Et difficiles car depuis de trop nombreuses années, les Français n’ont fait que des réformes démagogiques, dans l’autre sens : 35 heures, retraite à 60 ans, etc. Cette adhésion sera peut-être plus facile si l’on commence à voir les premiers effets de cette crise : beaucoup de commerçants, d’entrepreneurs, vont être très durement impactés prochainement et il faut profiter de ces premières difficultés pour montrer la direction à suivre : le monde va changer et il faut s’adapter à ces changements dès maintenant, sans attendre la crise. C’est un appel urgent à nos dirigeants à engager hardiment les réformes nécessaires. C’est ce qu’a fait il y a près de 20 ans l’Allemagne et on en voit aujourd’hui les bons résultats. C’est notre tour maintenant !

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

1 réactions :

  • 1. Par Jacques BENILAN, le mardi 5 mai 2020 (22:25)
    C’est pour quand ?

    Voilà un auteur qui exprime clairement ce qui peut et doit être fait par ceux qui nous gouvernent : alors, s’ils ouvrent un peu les yeux, ce sera pour quand ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message