Entrepreneurs pour la France

Des chefs d’entreprise au service de l’emploi

Accueil > Edito

Des inégalités fiscales au ’get Brexit done’
... réflexions de fin d’année

Par Gérard Dosogne,
le dimanche 15 décembre 2019

En cette fin d’année 2019, qu’y a-t-il d’autre à évoquer que le pouvoir de nuisance d’une poignée de très privilégiés qui peuvent bloquer le pays et gâcher les fêtes de millions de Français car ils voient leur fructueuse 2ème carrière (qui commence à 52 ans, souvent dans des filiales étrangères de la SNCF) compromise ?
Pour vous « divertir » (au sens étymologique) de cette triste actualité, j’évoque quelques sujets que je soumets à votre réflexion : Impôt et inégalité, homophobie syndicale et Brexit …

L’impôt sur la consommation est-il injuste et accroit-il les inégalités ?

Parlons d’abord d’un article de l’économiste Gilles Saint-Paul, brillant économiste Français, X-Pont, et PhD en économie du MIT, professeur à la Paris School of Economics, qui s’attaque à un tabou, présenté sous forme d’évidence : les impôts à la consommation seraient inégalitaires car frapperaient proportionnellement plus les revenus modestes que ceux des « zézés » : ce serait donc, oh horreur, un impôt dégressif (« la dépense marginale de consommation du riche est plus basse que celle du pauvre, donc une plus grande proportion du revenu du pauvre est taxée »)
La démonstration s’arrête là pour le journaliste économique médiocre, mais très actif sur les médias, ou pour le syndicaliste au bagout bien rodé.
Gilles Saint-Paul nous démontre, assez simplement et de façon convaincante qu’il n’en est rien. Au contraire !
Le cours d’économie 001 nous apprend déjà que l’épargne, c’est de la consommation différée. Donc, le revenu non consommé immédiatement sera consommé plus tard (en général en immobilier, loisir, voiture…) et générera une TVA souvent supérieure à celle sur les produits de première nécessité.
En plus, cette épargne va générer des revenus mobiliers, eux-mêmes taxés (à 30% aujourd’hui). Si par contre le « riche » épargnant meurt avant d’avoir dépensé, ses héritiers vont payer des droits de succession, et, avec ce qui reste, vont eux-mêmes dépenser, donc cette épargne subira les taxes de succession et la TVA… Une double taxation que le syndicaliste oublie.
Donc les taxes à la consommation type TVA ne favorisent pas les riches et sont plutôt progressives. CQFD (j’ai simplifié peut-être à l’excès : allez sur le blog de Gilles Saint-Paul si vous voulez avoir la démonstration complète)

Les injures homophobes sont-elles moins blâmables de la part de grévistes CGT que de fans de l’OM ?

Autre réflexion. J’ai été choqué par les propos injurieux, racistes et homophobes tenus par des agent grévistes de la RATP tentant d’empêcher des bus de sortir des dépôts.
Nos ministres féministes et autres organisations bien-pensantes si promptes à stigmatiser et attaquer en justice des supporters de foot seront-elles aussi zélées ? Je n’ai rien entendu : un gréviste CGT aurait donc plus de droits qu’un fan de l’OM ?

La victoire du Brexit

Je termine avec la victoire écrasante de Boris Johnson (parti conservateur) et du « Brexit done » au Royaume-Uni. La presse Française a adoré dépeindre BOjO comme un clown grotesque, populiste et incapable, la démocratie Britannique comme étant quasi morte et le peuple britannique regrettant amèrement d’avoir voté pour le Brexit, qui va (bien entendu !!) plonger ce peuple dans la misère.
Les vrais incompétents, ce sont nos médias, dont le parti pris de gôche, anti-anglais est remarquable. Ils vont maintenant nous expliquer que l’UK va sombrer dans la crise la plus noire. On verra. Je suis personnellement enclin à penser le contraire et que le carcan européen pour les grands pays est un frein à leur croissance.

Passez de bonnes fêtes, à la maison si possible !!
Gérard Dosogne

- Suivez EPLF sur Twitter -
notre revue de presse quotidienne

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message